PISTE PÉDAGOGIQUE

« Strophes pour se souvenir », tombeau littéraire de Manouchian

Copyright de l'image décorative: © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet

Guerre 1939-1945. Affiches dans Paris occupé, Paris. Bibliothèque historique de la Ville de Paris.
Par Céline CalmetProfesseure agrégée de Lettres Modernes au lycée Joliot-Curie (Nanterre).
Publication : 23 janv. 2024 | Mis à jour : 21 févr. 2024

Niveaux et disciplines

La lettre que Missak Manouchian a écrite à Mélinée, sa compagne, peu avant son exécution, le 21 février 1944, a tout d'abord inspiré le poète et ancien résistant Louis Aragon, puis les interprètes Monique Morelli ou Léo Ferré. Cette piste pédagogique invite à anayser le poème Strophes pour se souvenir au travers de la missive originelle, du poème d'Aragon et des chansons.

À partir de l’hommage du poète Louis Aragon au résistant Missak Manouchian, cette piste pédagogique invite les élèves à s’interroger sur les mécanismes d’un texte mémoriel et sur l’engagement des artistes  dans leurs écrits.

2 heures.

Le titre du poème choisi par Aragon – Strophes pour se souvenir – inscrit ce texte dans l’hommage et la commémoration. Mais il s’agit aussi pour le poète, en dénonçant la propagande passée, d'affirmer des valeurs universelles : le courage, la générosité, la fraternité et l’amour. Nous étudierons donc comment Aragon fait entendre la voix de Missak Manouchian en même temps qu’il rappelle l’esprit de résistance.

L'auteur du poème : Louis Aragon

Louis Aragon

Portrait noir et blanc de Louis Aragon (vers 1950).

                               © Wikimedia Commons.

Figure majeure de la littérature du XXe siècle, Louis Aragon, poète et romancier, est l’un des membres fondateurs du surréalisme avec André Breton, Paul Éluard et Philippe Soupault.

D’abord étudiant en médecine, comme André Breton, il abandonnera cette voie pour se consacrer à l’écriture et au journalisme. Il adhère au parti communiste en 1927 et s’y engage pleinement à partir de 1931. En 1928, il rencontre la femme avec qui il passera le reste de sa vie et qui deviendra sa muse : Elsa Triolet.

Pendant l’Occupation, il participe à la Résistance et publie deux recueils particulièrement marquants : Le Crève-cœur, en 1941, et Les Yeux d’Elsa en 1942 dans lequel, derrière la figure de la femme aimée, se cache la France.

Dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, en mars 1955, à l’occasion de l’inauguration, dans le XXe arrondissement de Paris, de la rue du Groupe-Manouchian, Aragon publie dans le journal L’Humanité le poème Strophes pour se souvenir.  En 1956, il publie Le Roman inachevé, son autobiographie en vers. 

Strophes pour se souvenir : l'histoire d'un poème

     

1. La dernière lettre d'un résistant

Avant d'être un poème, Strophes pour se souvenir a été une lettre : celle que, le 21 février 1944, quelques heures avant de mourir, le résistant Missak Manouchian écrivait à sa compagne, Mélinée. Une lettre émouvante, dont vous retrouverez le manuscrit original sur le site du Mémorial du Mont-Valérien.

21 février 1944, Fresnes

Ma chère Mélinée, ma petite orpheline bien-aimée.

Dans quelques heures, je ne serai plus de ce monde. On va être fusillés cet après-midi à 15 heures. Cela m’arrive comme un accident dans ma vie, je n’y crois pas, mais pourtant je sais que je ne te verrai plus jamais.

Que puis-je t’écrire ? Tout est confus en moi et bien clair en même temps.

Je m’étais engagé dans l’armée de la Libération en soldat volontaire et je meurs à deux doigts de la victoire et du but. Bonheur à ceux qui vont nous survivre et goûter la douceur de la liberté et de la paix de demain. Je suis sûr que le peuple français et tous les combattants de la liberté sauront honorer notre mémoire dignement. Au moment de mourir, je proclame que je n’ai aucune haine contre le peuple allemand et contre qui que ce soit, chacun aura ce qu’il méritera comme châtiment et comme récompense. Le peuple allemand et tous les autres peuples vivront en paix et en fraternité après la guerre qui ne durera plus longtemps. Bonheur ! à tous !

J’ai un regret profond de ne t’avoir pas rendue heureuse, j’aurais bien voulu avoir un enfant de toi, comme tu le voulais toujours. Je te prie donc de te marier après la guerre, sans faute, et [d’]avoir un enfant pour mon honneur, et pour accomplir ma dernière volonté, marie-toi avec quelqu’un qui puisse te rendre heureuse.

Tous mes biens et toutes mes affaires. Je [les] lègue à toi et à ta sœur, et pour mes neveux.

Après la guerre, tu pourras faire valoir ton droit de pension de guerre en tant que ma femme, car je meurs en soldat régulier de l’armée française de la Libération.

Avec l’aide de mes amis qui voudront bien m’honorer, tu feras éditer mes poèmes et mes écrits qui valent d’être lus. Tu apporteras mes souvenirs, si possible, à mes parents en Arménie. Je mourrai avec 23 camarades tout à l’heure avec le courage et la sérénité d’un homme qui a la conscience bien tranquille, car personnellement, je n’ai fait [de] mal à personne et, si je l’ai fait, je l’ai fait sans haine.

Aujourd’hui, il y a du soleil. C’est en regardant au soleil et à la belle nature que j’ai tant aimée que je dirai adieu à la vie et à vous tous, ma bien chère femme et mes bien chers amis. Je pardonne à tous ceux qui m’ont fait du mal ou qui ont voulu me faire du mal, sauf à celui qui nous a trahis pour racheter sa peau et [à] ceux qui nous ont vendus. Je t’embrasse bien bien fort, ainsi que ta sœur et tous les amis qui me connaissent de loin ou de près, je vous serre tous sur mon cœur.

Adieu. Ton ami, ton camarade, ton mari.

Manouchian Michel

P.-S. : J’ai quinze mille francs dans la valise de la rue de Plaisance. Si tu peux les prendre, rends mes dettes et donne le reste à Armène. M.M.

Téléchargez la lettre de Missak Manouchian à Mélinée.

2. Une lettre qui devient poème

C’est en 1955, à l’occasion de l’inauguration d’une rue du Groupe-Manouchian dans le XXe arrondissement de Paris, que Louis Aragon écrit le poème Strophes pour se souvenir. Intégré dans le recueil Le Roman inachevé, il s'inspire de la dernière lettre de Missak à Mélinée. Il en reprend littéralement certains passages (indiqués en italique dans le poème).

Strophes pour se souvenir


Vous n'avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l'orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi simplement de vos armes
La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans


Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L'affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants


Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents


Tout avait la couleur uniforme du givre
À la fin février pour vos derniers moments
Et c'est alors que l'un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand


Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan


Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le coeur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant


Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant.

Louis Aragon, Le Roman inachevé, éditions Gallimard, 1956.

Téléchargez le poème d'Aragon.

3. Puis un poème qui devient chanson

Au tout début des années 1960, Monique Monelli, puis Léo Ferré proposent des interprétations du poème d'Aragon.

Insert de la ressource Document - ID: 00000005543 en mode complementaire Insert de la ressource Document - ID: 00000005651 en mode complementaire

L'Affiche rouge, l'emblème d'un martyre

L'Affiche rouge désigne une affiche de propagande nazie sur laquelle figurent les portraits des membres du réseau Manouchian, résistants étrangers considérés comme des terroristes par les Allemands. L'affiche avait pour ambition de susciter la haine ; elle éleva au contraire ces hommes au rangs de héros. Ils sont devenus des icônes de la Résistance française. 

Insert de la ressource Document - ID: 00000004234 en mode complementaire Insert de la ressource Document - ID: 00000005544 en mode complementaire Insert de la ressource Document - ID: en mode essentiel

Analyse du poème

Après avoir lu le poème, écouté les chansons et visionné les vidéos sur l'histoire de L'Affiche rouge et des membres du groupe Manouchian, répondez aux questions suivantes :

Quels moyens Aragon utilise-t-il pour montrer que le souvenir de ces résistants (mais aussi de la Résistance dans son ensemble) est toujours bien vivant ?

Des valeurs universelles : l’amour et la fraternité

Quelle place Aragon accorde-t-il à l’amour dans son poème ? Quelles demandes Missak Manouchian adresse-t-il à Mélinée ?

Pourquoi peut-on dire que ce poème est porteur d’un message de fraternité ?

L’histoire comme source d’inspiration et de création

Comment Aragon fait-il d’une lettre autobiographique la matière d’un poème ? Pour répondre, comparez le poème et la lettre adressée à Mélinée.

Après avoir visionné la vidéo de Monique Morelli et écouté la piste audio de Léo Ferré, indiquez ce qu’apporte, selon vous, la mise en musique de ce poème ? Quels choix ont été faits par leurs interprètes ?

Insert de la ressource Document - ID: 00000005543 en mode complementaire Insert de la ressource Document - ID: 00000005651 en mode complementaire

Activités d’appropriation

• Rédiger un discours

À l’occasion de la panthéonisation de Mélinée et Missak Manouchian, on imagine qu’ un concours est organisé à destination des classes de 3e : il s’agit d’écrire le discours qui sera prononcé lors de l’entrée du couple au Panthéon. Le gagnant sera invité à le prononcer le jour J. On attend des élèves qu’ils rappellent les faits historiques, s’appuient sur le poème d’Aragon et la lettre de Missak Manouchian et que leur texte ait une dimension mémorielle. Leur expressivité et l’intention qu’ils mettront dans leurs propos seront pris en compte. Les élèves auront la possibilité de passer devant la classe ou de rendre un fichier audio. 

Insert de la ressource Document - ID: 00000000559 en mode complementaire

On pourra leur faire écouter le discours d’entrée de Jean Moulin au Panthéon  prononcé par André Malraux.  

Insert de la ressource Document - ID: 00000005876 en mode complementaire

• Organiser un débat en demi-groupe

Objectifs pédagogiques : Travailler la formulation des arguments à l’oral, développer des compétences langagières, prendre appui sur des connaissances interdisciplinaires. 

Mise en œuvre de l’activité : la forme du débat est plus propice au demi-groupe. Il s’agira dans un premier temps d’inviter les élèves à réfléchir à la question suivante : « L’art doit-il se faire le porte-parole de l’histoire ? »
Deux groupes seront ensuite formés. Les élèves auront alors un temps de préparation pour élaborer arguments et exemples. On assignera des rôles : un modérateur qui ouvrira et clora le débat, un secrétaire de séance qui consignera par écrit les arguments, un ou plusieurs débatteurs par groupe, deux évaluateurs. 

• Écrire une page de journal intime

Objectifs pédagogiques : Se mettre à la place d’un personnage historique, réinvestir les codes du genre autobiographique, imaginer un texte de fiction à partir d’un document authentique.

Consignes : Après avoir reçu la lettre de Missak et appris sa mort, Mélinée consigne les événements et ce qu’elle ressent dans son journal intime. Écrivez cette page. Vous devrez écrire à la 1re personne et respecter les faits historiques. 

Pour aller plus loin

• Un poème de Paul Éluard

Légion 


Si j’ai le droit de dire en français aujourd’hui
Ma peine et mon espoir, ma colère et ma joie
Si rien ne s’est voilé définitivement
De notre rêve immense et de notre sagesse


C’est que des étrangers comme on les nomme encore
Croyaient à la justice ici bas et concrète
Ils avaient dans leur sang le sang de leurs semblables
Ces étrangers savaient quelle était leur patrie


La liberté d’un peuple oriente tous les peuples
Un innocent aux fers enchaîne tous les hommes
Et qui se refuse à son coeur sait sa loi
Il faut vaincre le gouffre et vaincre la vermine


Ces étrangers d’ici qui choisirent le feu
Leurs portraits sur les murs sont vivants pour toujours
Un soleil de mémoire éclaire leur beauté
Ils ont tué pour vivre ils ont crié vengeance


Leur vie tuait la mort au coeur d’un miroir fixe
Le seul vœu de justice a pour écho la vie
Et lorsqu’on n’entendra que cette voix sur terre
Lorsqu’on ne tuera plus ils seront bien vengés.
Et ce sera justice.

• Des articles et des vidéos

Insert de la ressource Parcours - ID: 1264 en mode complementaire Insert de la ressource Parcours - ID: 1265 en mode complementaire Insert de la ressource Parcours - ID: 1267 en mode complementaire Insert de la ressource Parcours - ID: 1268 en mode complementaire Insert de la ressource Parcours - ID: 1263 en mode complementaire Insert de la ressource Parcours - ID: 1266 en mode complementaire

Thèmes

Sur le même thème

Voir les documents suivants
Voir les documents précédents